C'est bien connu, le concours de l'eurovision n'a jamais vraiment été basé sur la qualité des chansons. Car, dans le cas contraire, comment tenter  explication du classement - bien trop élevé aux goûts de nombreux téléspectateurs - des "chanteurs" Urkrainiens ou Turques. On peut, dès lors, essayer de trouver d'autres facteurs explicatifs à la victoire Serbe.

Eurovi

Par delà certains traits qui jouent depuis un certain temps dans ce genre de concours (groupes à caractère revendicatif: comme ce fut le cas des serbes cette année; homosexuel, groupes totalement désaxé par rapport à la "norme": groupe finlandais l'an dernier, facteurs beauté: qui n'a pas échappés aux délicieuses russes...), on voit apparaître un facteur politique qui semble peser lourd dans les votes finaux.

Eurovi_2

Comme énoncé précédemment, étant incapable de lier les résultats finaux par rapport à la qualité (bien que le chanson Serbe ne soit pas la pire), il faut trouver d'autres facteurs et ceux-ci sont d'ordres politique, géopolitique et historique. L'eurovision apparaît dès lors comme un endroit où le jeu des relations transnationales joue à plein régime. Regardons simplement quelques résultats.
Certains sont simples à comprendre:

-  D'abord le vote de l'Allemagne dont la note la plus haute revient à la Turquie, ne surprendra personne étant donné la forte concentration de Turques ou descendants dans le pays germanique.                               

-   Il est également très amusant de voir l'ex-Yougoslavie reste très unis (malgré les multiples guerres), la Serbie tire presque tous ces grosses notes des anciens pays de l'ex-Yougoslavie (Bosnie, Monténégro).  De là à dire que ça devrait faire réfléchir les experts onusiens qui planchent actuellement sur la question, il n'y a qu'un pas.

-   Le classement dans son ensemble est intéressant. La multitude de petits pays de l'Est trustant les premières places contrastes avec la pauvre performance de tous les pays de l'ancienne Europe. Grèce mise à part (son histoire et sa situation géographique aidant), le premier pays de l'ex-europe des quinzes arrive 17e (la Finlande).

-   Faut-il également voir dans l'Eurovision une tentative de réconciliation des peuples? Les 12 points de la Turquie accordés à l'Arménie ou ceux de l'Estonie à la Russie en témoignent (la facteur population). Où au contraire; la Grèce et Chypre qui ne donnent aucun point à la Turquie.

-   Les 12 points accordés par la France à la Turquie ne viennent-ils pas contredire le résultat des récentes élections qui ont vu un défenseur de l'Europe européenne s'imposer?

-   On peut aussi se demander s'il faut prendre ne compte un facteur économique; la chypre qui vote massivement pour la Grèce mais qui n'accorde aucun point à Turquie, signe d'une division du pays, signe également d'une division économique de l'île (pourquoi avoir un portable quand on peut pas avoir de l'eau?).

Bref on pourrait continuer à se poser un grand nombre de question sur ce concours. Mais tout ça pour vous dire que j'ai passé mon samedi soir à regarder l'eurovision (l'écouter serait exagéré!) et que c'était bien marrant (sauf pour les oreilles).