« L’homme qui veut s’instruire doit lire d’abord, et puis voyager pour rectifier ce qu’il a appris »

Car toutes les bonnes choses ont une fin, il est désormais temps pour moi de mettre un terme à cette aventure littéraire (même avec ses fautes, cela restera une bonne expérience avec l’écriture). C’est non sans une certaine tristesse que j’écris ce qui sera mes dernières lignes sur ce blog que j’ai animé plus ou moins intensément durant mon séjour en Suède. Coups de gueule et coups de cœur, réflexions personnelles, petites diatribes politique ou simple carnet de voyage (telle était d’ailleurs son utilité première), j’ai fait part de mes sentiments durant ces neuf derniers mois, mais je m’étais moi-même imposé une barrière personnelle : ne pas continuer plus loin que mon périple suédois. 

       Ecrire, crier, gueuler à la « face du monde » (pas moins de 40 nationalités se sont succédées sur ce blog) va me manquer, mais mes futures années m’amènerons, je l’espère, à reprendre le clavier (avec une secrétaire, ou mes parents pour me corriger) ; le temps me le dira bien assez tôt. Aux lecteurs assidus de ce blog vivant en Suède, j’espère avoir apporté par mon humble point de vue un peu de fraicheur. Aux lecteurs de France, j’espère leur avoir donné l’envie d’aller visiter ce pays, petit coin de paradis où il fait définitivement bon vivre (peut-être qu’en enlevant les suédois…non, non !). 

Ecrire et être lu donne un sentiment agréable, même si ce que l’on écrit n’est pas toujours de haut niveau, cela reste une expérience sympa. Au cours de ces neuf mois, ce blog a totalisé pas moins de 10.000 visiteurs issus des quatre coins de la terre ; France et Suède bien-sûr mais pas uniquement puisqu’aux Etats-Unis, en Belgique, en Espagne, au Canada on retrouve des lecteurs réguliers (auxquels on peut rajouter Liban, Togo, Bulgarie, Australie, Corée, Allemagne…). Et ce n’est pas moins de 25.000 pages qui furent lus par ces visiteurs. 

Un petit mot sur la Suède tout de même. Lors de la réunion d’accueil à l’université de Karlstad on nous avait prévenus : « en matière de perception du suédois, de sa culture, de ses habitudes, vous passerez par plusieurs phases : découverte, émerveillement, incompréhension, énervement puis habitude et quotidien. ». On retrouve un peu ces quelques phases dans les divers articles du blog. Pourtant il faut bien l’avouer ma vie ici fut une succession d’étonnements et d’ébahissements. Montaigne, grand voyageur, le résume bien : « il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui ». C’est au contact des autres que l’on s’enrichit, plus encore en ces heures de renfermement fébrile, c’est d’autrui que l’on apprend et se forme. Limiter les flux de population n’a jamais été et ne sera jamais une solution, l’avenir est dans le mélange culturelle, malheureusement certains ne l’on pas encore comprit. 

         Voyager permet une ouverture d’esprit, cela nous fait réaliser que l’on n’est pas seul sur cette terre et que l’autre n’est pas si étranger que ça, qu’il est au contraire bien réel et parfois beaucoup plus proche que l’on ne pourrait l’être avec certains de nos concitoyens. Je termine mon blog par une citation de Proust que j’ai trouvé très appropriée : «  le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux » et je considère que c’est chose faite… 

Merci à tous, à bientôt. Damien